Benoit Keller

Benoit Keller

Suite à trois années d’études à L’IMFP (Salon-de-Provence) où il travaille la basse électrique avec Michel Zenino et André Franco, il accède en 1996 au département jazz du CRR de Chalon. Il étudie alors la contrebasse aux côtés de Michel Martin, Pierre Sylvan, Yves Rousseau, Yves Torchinsky, Christophe Wallemme, Jean-Jacques Avenel et obtient une médaille d’or dans la discipline en juin 1998. 

Il joue notamment dans «nine two eight» aux côtés du batteur François Merville et du saxophoniste Lionel Martin en compagnie desquels il distille un jazz intense et transversal empreint de liberté étroitement inspiré des mouvements de la transe des années 80.

Il réunit également Aymeric Descharrières et Denis Desbrières au sein du trio Explicit Liber ou le souffle du jazz, du rock, de l’electro et de la musique baroque se mêle au tumulte des mouvements contestataires et sociaux des années 60 à nos jours. Ce récent opus est l’aboutissement d’un long travail de création amorcé avec le Trio Résistances dès 2003 aux côtés du batteur Bruno Tocannes et du saxophoniste Lionel Martin. Il est également à l’origine du collectif imuzzic et de nombreuses créations avec des musiciens reconnus tels que  Laurent Dehors, Denis Badault, John Greaves.

Il participe de 2004 à 2016 à de nombreuses créations dans le domaine des Arts du Cirque Nouveau avec la Compagnie Rasposo dont il devient le directeur musical en 2015. Il compose notamment pour les spectacles Parfums d’Est , La beauté, Si tu me parles encore…, Le chant du dindon, L’orgueilleuse, Morsures, Combattre à tout prix ou se laisser atteindre, La dévOrée.

Sa multidisciplinarité et son éclectisme l’amènent à se produire avec de nombreuses formations de jazz telles que le Big-Band Chalon Bourgogne, Charivari, Slate avec le sculpteur Will Menter. De par son interet croissant pour les musiques de l’Est, il participe à la création des groupes Khamsin, Kapalest et Voyage aux Carpates avec l’accordéoniste Jacky Lignon. Il participe également, avec le saxophoniste Olivier Py, au trio «stations et promenades» de l’accordéoniste Eric Bijon.

Désormais contrebassiste, improvisateur et compositeur affirmé, il se produit sur de nombreuses scènes européennes et festivals internationaux.