Aldric Plisson

Aldric Plisson

Batteur autodidacte avant tout, il fréquente néanmoins à l’adolescence les écoles de musique de Lacrost puis de Tournus (71), participe au stage Jazz en herbe à plusieurs reprises avant d’intégrer l’école Christophe Drigon à Chalon sur Saône (batteur de Mano Solo notamment) avec lequel il travaille durant 3 ans.

Bac en poche, il décide de quitter Chalon sur Saône pour Lyon où, d’une part il continue son activité et son développement musical (notamment dans le punk avec Clumsy ou encore dans le post-rock avec Death by the Sin ou Eyesberg) et d’autre part il intègre le cursus de philosophie à l’université Jean Moulin Lyon III (duquel il sortira diplômé d’un DEA option Esthétique)

Il enseigne ensuite pendant quelques années avant de prendre la direction d’un centre social à Feyzin (agglomération lyonnaise) tout en continuant son activité musicale (devenant notamment directeur des stages de l’association Jazz en Herbe) avant de décider en 2010 de se consacrer entièrement et uniquement à la musique. L’année suivante il intègre l’ENM de Villeurbanne en en batterie jazz, dans la classe de Michel Chionchini (niveau DEM, jusqu’en 2015)

En 2011 il participe au projet Zubrass Parade (fanfare) et se frotte pour la première au milieu des arts de rue.

En 2012, il intègre de nouveaux projets lyonnais (Frnnt et ses Chiens Galeux, Broken Bow…) et fonde, avec quelques amis musiciens Radio Kaizman (fanfare Hybride entre jazz, groove et hip hop). Intermittents du spectacle depuis maintenant quelques années, il se produit aujourd’hui avec plusieurs projets que ce soit en rue (Radio Kaizman, Ars Fanfari…et plus récemment SopaLoca qu’il intègre en avril 2017) ou sur scène (Radio Kaizman, Böreck, Motitas…)